L'invitation au voyage (vin Corse)

Wednesday, August 30, 2006

Quelques mots sur le Clos Fornelli... (vin Corse)

Quelques mots sur le Clos Fornelli par Josée VANUCCI-COULOUMERE, vigneronne indépendante

Une nouvelle journée commence..
Un nouveau voyage…


A l’heure ou le premier fumet du rituel café s’évade paresseusement de la cuisine, le soleil s’élève : encore pâle, déjà brillant. Le Vermentinu ira puiser son inspiration dans ce nuancier. Dans la fraîcheur du matin, notre demeure pétale de rose laisse éclore ses volets amande sur les vagues de vigne qui ondulent en direction de la mer, sans jamais l’atteindre…

Notre vigne : voyageuse immobile, invitation au voyage… Chez nous, elle a jeté l’ancre à la rive droite de la Bravone. « Les Fleuves m’ont laissé descendre où je voulais
[1]». Elle campe parmi les galets, vestiges de la grandiloquence d’un cours d’eau à présent assagi. Le rouge provocateur de l’argile sait, aux beaux jours, mettre sa frondaison en valeur. C’est qu’ici, l’harmonie se décline en contrastes : couleurs et complémentaires, rivages et sommets, chaleurs estivales et fraîcheur nocturne, vents de terre et brises marines.
Terroir : terre des Hommes… Des montagnards au pied (parfois) marin, des poètes à l’accent rude, des hospitaliers farouches, des guerriers qui sommeillent…
Sans concession : la Nature a tout façonné à son image.

Plus tard, vient le temps de la torpeur qui transporte avec elle les essences entêtantes du maquis. Les grappes de Niellucciu ont su lui voler quelques uns de ses secrets faits de puissance et d’épices.

Puis arrive le moment où le soleil choisi de finir sa course. Il courtise le sommet voisin qui rosit de ce plaisir crépusculaire retrouvé. Le Siaccarellu, à l’unisson, salue cette union depuis les berges de son verre. Nous savons que demain sera encore une belle journée.

Enfin, nous réduisons la voilure.
C’est le soir et la nuit encore.
Le vignoble, doucement, s’endort.

[1] A. RIMBAUD, Le Bateau Ivre